11 : Je fume 1 paquet 1/2 par jour, plus en période d’anxiété, et j’ai peur d’arrêter de fumer, peur d’être énervé et anxieux.

On peut vous rassurer à ce sujet : le plus souvent, après l’arrêt du tabac, et avec l’aide des substituts nicotiniques (pour contrôler le syndrome de manque à la nicotine), les personnes ayant arrêté de fumer se trouvent beaucoup plus calmes et moins anxieuses que précédemment.
L’explication est liée au fait que le tabac inhalé agit à deux niveaux :
– la nicotine est un puissant excitant au niveau cérébral et au niveau biologique (secrétion de catécholamines) d’où un état « d’hyperactivité permanente chez les fumeurs », plus ou moins ressenti.
– mais la nicotine peut également, dans certaines situations, entraîner une sédation, expliquée par son activité relaxante au niveau musculaire périphérique, et elle agirait aussi au niveau cérébral.
La fonction « excitante » de la nicotine, étant plus importante que son action sédative, nous avons l’explication du calme ressenti lors de l’arrêt du tabac, lorsqu’il n’y a pas de syndrome de manque (grâce aux substituts nicotiniques).